Société historique de Stanstead

Fondée en 1929 dans le but d’appuyer la recherche portant sur l’histoire de Stanstead et de mettre sur pied une collection de documents et d’artéfacts significatifs sur le plan historique, la Société historique de Stanstead joue un rôle de plus en plus important dans la transmission de la connaissance au sujet de notre passé collectif.
Historique de la Société

Le 29 septembre 1928, un groupe de résidents locaux se réunit à la petite école Mansur, située sur la rue Boynton à Stanstead, dans le but explicite de fonder une société d’histoire. Descendants des premiers colonisateurs du Canton, ils sont préoccupés par la préservation de données historiques et d’objets de valeur d’importance historique et d’intérêt pour le patrimoine de la région et de ses habitants. Le procès-verbal de cette rencontre préliminaire indique que « le but de la société d’histoire proposée sera de documenter et préserver tout incident, vestige et document relié à l’histoire du Canton de Stanstead, et de mettre en place des marqueurs convenables aux sites d’intérêt historique. »

Un an plus tard, à une rencontre qui a lieu le 17 août 1929, la Société d’histoire des Cantons de Stanstead, aujourd’hui connue sous le nom de Société historique de Stanstead, est officiellement fondée. Les statuts sont rédigés et le colonel B.B. Morrill est élu premier président de la Société. Peu de temps après, la Société quitte ses premiers locaux à l’école Mansur et emménage à l’étage supérieur du bureau d’enregistrement des actes de Stanstead.

En 1965, la Société publie le premier numéro d’un périodique d’histoire locale qui paraît depuis à tous les deux ans sans interruption. Petit à petit, les abonnements à la Société augmentent, tout comme le font la collection d’archives et d’artéfacts, si bien qu’en 1973 le premier vrai musée, doté d’espace adéquat pour la consultation des archives de la Société, voit le jour dans une école convertie de Beebe. En 1986, la Société vend l’école convertie de Beebe et fait l’acquisition d’une propriété à Stanstead, l’ancien édifice de la Gendarmerie royale canadienne sur la rue Dufferin. Depuis 1992, la résidence Carrollcroft, construite en 1859 dans le style classique géorgien, est le lieu permanent de tous les services et activités de la Société.
Cet historique est basé sur un texte rédigé par Irene H. Blandford, ancienne présidente de la Société.

Publications

Le Journal

En 1965, la Société publie pour la première fois un périodique d’histoire local portant le nom de Stanstead Historical Society Journal. Que cette publication ait maintenu son rythme de publication régulier et la rigueur scientifique de son contenu durant plus de cinquante ans témoigne de l’enthousiasme et de la vitalité des membres de la Société. Le Journal étant publié à tous les deux ans, nous en sommes maintenant à un total de 28 volumes en 2019.

Afin de souligner les 50 ans de publication du Journal, la Société publiera une sélection d’articles ayant paru dans le Journal dans un ouvrage à couverture rigide ainsi qu’à couverture souple, à paraître en juin 2016.

Les archives de la Société ont également facilité les travaux de plusieurs chercheurs universitaires et ont donné lieu à de nombreuses publications scientifiques. La plus connue parmi celles-ci est l’étude de la famille Colby réalisée par Marguerite Van Die : Religion, Family and Community in Victorian Canada : The Colbys of Carrollcroft, Montréal & Kingston, McGill-Queens University Press, 2005, 278 p.

Administration
La Société est gérée par un Conseil d’administration élu lors de ses assemblées annuelles. Les membres du Conseil se réunissent à tous les mois. Le Conseil consultatif est constitué de membres de la communauté locale.

Président, Matthew Farfan
Vice-Président, Gabriel Safdie
Secrétaire, Gael Eakin
Trésorier, John Logan
Directeurs, Debbie Bishop, Robert L. Colby, Richard Gosselin, Edward Makin, Ann Montgomery, Toby Rochester, Eithne Coyle Taylor
Directeur / Conservateur, Samuel Gaudreaul-Lalande